Théo Ceccaldi & Roberto Negro
MONTEVAGO

Théo Ceccaldi : violon, composition
Roberto Negro : piano, composition

Un palais sur les hauteurs de Palerme, à la fois somptueux et désuet, plein de poésie et de nostalgie aussi, Montevago…
Cela pourrait être le décor du nouvel opus de ces deux musiciens emblématiques de la scène jazz européenne bien actuelle et totalement décomplexée. Tradition et modernité y font bon ménage et créent un assemblage virtuose, audacieux, qui ravit autant les oreilles qu’il ne bouscule les émotions.
Le violoniste Théo Ceccaldi et le pianiste Roberto Negro avaient initié leur répertoire il y a quelques années avec Danse de Salon qui revisitait et réarrangeait avec maestria, dans des petites pièces ciselées parfaitement originales, gavottes, menuets, gigues, quadrilles et autres mazurkas.

Si l’on retrouve dans Montevago des réminiscences de tarantelle, habanera, voire de musique de rodeo, l’inspiration se fait plus libre et évoque même dans le titre Zodiac Poisson la tragique actualité des migrants. L’Italie de nouveau n’est pas bien loin… Mais ce qui fait également la force de ce nouveau répertoire c’est un magnifique travail sur le son. Chacun des deux musiciens triture les cordes de son instrument avec amour et virtuosité, qu’elles soient frappées, pincées, frottées, caressées ou contraintes, et l’envie d’en tirer les sonorités les plus singulières, comme s’il restait encore tout un monde à découvrir. L’exploration des timbres alliée à la richesse des compositions convient ainsi l’auditeur à ce que la musique a de plus noble, la capacité à émouvoir et à imaginer un monde meilleur.

Production : Brouhaha / Full Rhizome
Coproduction : Maison de la Musique de Nanterre, scène conventionnée. Théo Ceccaldi est artiste associé de la Maison de la Musique de Nanterre
Aides création: Adami, Spedidam
Aides disque : Adami, SCPP, FCM, MFA

PRESSE

La complicité de Théo Ceccaldi et du pianiste Roberto Negro
dépasse l’entendement. Triomphe mérité. Ovation. A ce niveau-là,
c’est bien le moins.
Bruno Pfeiffer – LIBERATION

Un duo digne des meilleurs desserts. Rarement deux instruments
entrent à ce point en fusion.
Frédéric Goaty – JAZZ MAGAZINE

Théo Ceccaldi joue du violon avec une maestria qui renouvelle ce
dont on croyait capable l’instrument. Roberto Negro est un
pianiste habité par la poésie. Leur duo se recommande de lui-même.
Michel Contat – TÉLÉRAMA

Non contents d’être déjantés, ils sont virtuoses. Concert de
référence empli de jeunesse iconoclaste, d’humour joyeux et de
talent. Un duo de génies !
Alain Gauthier – CULTURE JAZZ

Epoustouflant de bout en bout. Magistral !
Xavier Prévost – DERNIERES NOUVELLES DU JAZZ