Théo Ceccaldi Trio
DJANGO

Théo Ceccaldi : violon, composition, arrangements
Guillaume Aknine : guitare électrique
Valentin Ceccaldi : violoncelle

C’est peut-être la plus belle réussite de ce programme étincelant, mêlant un goût certain pour l’abstraction formaliste au pur plaisir sensuel de la virtuosité instrumentale, jamais le trio durant l’heure de ce concert aussi dense que virevoltant, ne donnera l’impression de perdre de vue son sujet amoureusement chahuté, embarqué dans les plus folles métamorphoses et au final magistralement réinventé… Passant de reprises joyeusement détournées de quelques grands classiques à de subtiles compositions personnelles élaborées à la manière de rêveries rétro-futuristes, le trio réussit brillamment son pari en rendant constamment hommage à la modernité intacte des propositions de Django.Tout à la fois spontanée et d’une précision diabolique, savante et ludique, moderne et référencée, la musique du trio n’a jamais semblé aussi maîtrisée et séduisante. La salle, debout, lui a offert un accueil à la mesure de sa générosité.
Jazz Magazine

A partir de compositions originales “sous influences” et de reprises de grands classiques associés au génial guitariste manouche, amoureusement resongés et réinventés, la petite formation, avec son orchestration juste assez déviante par rapport aux canons de la tradition, pour embarquer l’ensemble vers quelque “jazz de chambre” mutant, trouve ici constamment la bonne distance par rapport à son illustre modèle, osant l’émotion directe du premier degré comme la déclinaison maniériste des grands fondamentaux du genre en petites pièces ciselées et référentielles. Passant avec allegria et gourmandise d’un lyrisme échevelé à l’énergie communicative, empruntant tous les attendus du jazz (frénésie rythmique, somptuosité mélodique) pour tout à la fois en magnifier les vertus et réactualiser les codes, à de subtiles embardées contrôlées vers d’autres territoires langagiers plus “contemporains” ouvrant de nouvelles perspectives à ce répertoire, le Théo Ceccaldi Trio démontre ici toute l’étendue de son savoir-faire et l’absolue liberté de son inspiration.

Production : Brouhaha, Full Rhizome
Co-production : L’Estran – Scène de la ville de Guidel, festival Jazz sous les Pommiers, Scène Nationale d’Orléans
Partenaire : Le Comptoir (Fontenay-sous-Bois)
Aides spectacle : Adami, Spedidam, CNV, Conseil Régional de Bretagne
Aides disque : Adami, SCPP, FCM, Spedidam