BIO



Théo Ceccaldi   

violon, alto, composition

 

Élu successivement Musicien Français de l’année par Jazz Magazine, puis Révélation de l’Année aux Victoires du Jazz, Théo Ceccaldi s’impose aujourd’hui comme l’une des voix les plus singulières de la nouvelle scène jazz européenne.
Il co-fonde le bouillonnant collectif orléanais Tricollectif et participe activement à une série de formations parmi lesquelles la Loving Suite pour Birdy So avec Elise Caron , le Tribute to Lucienne Boyer avec le Grand Orchestre du Tricot, ou le trio In Love With du batteur Sylvain Darrifourcq. Théo Ceccaldi a intégré en 2014 l’ONJ d’Olivier Benoit, le quatuor à cordes iXi, le trio européen Velvet Revolution de Daniel Erdmann, ainsi que le tentet de Joëlle Léandre.
Boulimique de rencontres, on le retrouve sur scène dans des formations très éclectiques aux côtés de Louis Sclavis, Fred Pallem, Michel Portal, Leïla Martial, Thomas de Pourquery, Vincent Courtois, Daniel Humair, Bruno Chevillon, Yom, Paolo Fresu, Eve Risser, Christian Lillinger, Emile Parisien, Mulatu Astatké ou Philippe Katerine.
Après avoir créé l’opérette Peplum avec le poète punk Fantazio, il se concentre sur le détonnant FREAKS, jazzpunk psychédélique, le duo électro-chambriste MONTEVAGO, avec Roberto Negro, et la nouvelle création du Théo Ceccaldi Trio, DJANGO.
En 2020, il explore son rapport aux voix et aux musiques du monde avec sa nouvelle création KUTU, invitant deux chanteuses éthiopiennes, et creuse le sillon d’une musique électro fait main avec un nouveau projet, KIMKIMKIM.
Théo Ceccaldi joue du Violon avec une maestria qui renouvelle ce dont on croyait capable l’instrument. 
Michel Contat – Télérama 
Théo et Valentin Ceccaldi, la trentaine, cet art de défrayer la scène en cherchant la musique pure. Si sympathiques, si vrais. On les dit surdoués, survoltés, suractifs. Originaires d’Orléans, les frères Ceccaldi viennent d’engendrer une galaxie ou un bidule dans le genre, qui perturbe pas mal le cosmos. 
Francis Marmande – Le Monde